Les cadres se sentent menacés par le chômage

Categories:  Conjoncture
Tags: , ,

La perception de leurs conditions de travail par les cadres s’est considérablement dégradée en vingt ans, révèle une étude de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) publiée mercredi 24 novembre. Alors que le nombre des cadres travaillant dans le secteur privé a progressé de 62 % en vingt ans, pour atteindre 3,5 millions de personnes, ils sont de plus en plus nombreux à « se sentir menacés » par le chômage.

L’étude révèle que le parcours professionnel des cadres est plus difficile qu’il ne l’était auparavant. Ils sont plus nombreux à devoir passer par des CDD avant de décrocher un emploi stable. A 51 % (contre 12 % en 1990), ils estiment que « la situation a évolué défavorablement pour eux ». S’ils estiment toujours jouer un « rôle moteur » dans leur entreprise, les cadres considèrent désormais que « les décisions en matière de stratégie leur échappent », compte tenu des évolutions économiques.

Article Le Monde

Un Français sur cinq touche un salaire proche du smic

Categories:  Salaires
Tags: , , ,

C’est une vraie radiographie des 2,3 millionsde smicards, et de la population, pluslarge, des salariés payés au voisinage du smic (un salariésur cinq), que propose le rapport d’expertschargé de donner son avis sur l’évolution du salaireminimum. Ce document, rendu public par le ministèredu Travail, apporte des éléments inédits sur leniveau de vie des salariés faiblement rémunérés etsur leurs trajectoires salariales et professionnelles.Les smicards, qui en 2010 touchaient 1 055 euros netpar mois pour un temps complet, représentent unFrançais sur dix. Ils sont surreprésentés chez les salariésà temps partiel (donc chez les femmes), dansles petites entreprises et dans certains secteurs ducommerce et des services. L’hôtellerie-restaurationreste ainsi la profession qui en emploie le plus, 36 %,et jusqu’à 60 % dans la restauration rapide.Pour une majorité de salariés, être rémunéré au smicest un passage, très souvent lié à une durée d’emploiannuelle ou hebdomadaire insuffisante. Toutefois,une «forte minorité» de salariés payés au voisinagedu smic (de 0,8 à 1,1 Smic) le sont encore trois ansplus tard (44,9 %). Au bout de treize ans, ils sont encore13 % à toucher le smic. «Cette minorité est enmoyenne moins jeune, moins diplômée, plus féminine,employée à temps partiel et travaillant dansde petites entreprises», précise Paul Champsaur, anciendirecteur général de l’Insee, en introduction dutravail des experts.

Les personnes faiblement rémunérées sont exposéesà un risque de chômage plus élevé que lamoyenne. Ce risque s’accroît encorelors qu’elles sont intérimairesou en contrat à duréedéterminée (CDD). A ce niveaude salaires, la politique de redistributionjoue un rôle importantet a un «impact grandissant»,souligne l’étude. «Alors que lesmic mensuel n’a augmenté quede 6 % en valeur réelle (hors inflation)entre 1999 et 2010, notammentdu fait de la baisse de la durée du travail àtemps complet, le revenu disponible des ménagesconcernés, après prise en compte des transferts etdes prélèvements, a progressé de manière beaucoupplus rapide», observent les experts.

«Il a crû de 14 % dans le cas d’une personne seuletravaillant au smic à temps complet, de 38 % pourune personne seule à mi-temps, de 29 % dans le casd’un couple mono actif à temps complet avec deuxenfants», révèlent-ils en insistant sur le poids desaides sociales locales. Qui auraitcru que la redistribution a des effetsaussi puissants ? «Une foispris en compte les prélèvementsfiscaux (…), les prestations familiales,les aides au logementet les minima sociaux, le revenudisponible des salariés au voisinagedu smic atteint 71 % decelui des ménages dans lesquelsvivent les salariés les mieuxpayés [au sein d’un couple mono actif avec deux enfants,ndlr]», détaille le rapport.

Aujourd’hui, lors de la réunion de la Commission nationalede la négociation collective, qui est consultéesur la revalorisation du smic, la teneur de ce rapportdevrait peser lourd dans la décision du ministre duTravail, Xavier Bertrand. Les experts – tous des économistesindépendants – recommandent en effet àl’unanimité de s’en tenir à la revalorisation légale,sans coup de pouce. Pour étayer leur point de vue, ilsmettent en avant trois arguments principaux : lesfortes hausses du smic de 1995 à 2005 ont provoquéun resserrement sensible de la hiérarchie des salairesen bas de l’échelle, ce qui limite les perspectivesd’évolution pour les salariés faiblement rémunéréset réduit l’espace de la négociation collective.«De façon structurelle, ajoutent-ils, il convient d’éviterdes évolutions trop rapides du smic qui, en faisantpeser un risque important sur l’emploi, se retournentcontre ceux que le salaire minimum doit protéger.»«Mieux ciblées», les prestations liées au travail,comme le revenu de solidarité active (RSA), sont«plus efficaces pour lutter contre la pauvreté au travail», pointent-ils. Sauf surprise, 2011 sera la cinquièmeannée consécutive sans coup de pouce. Dansces conditions, le smic devrait augmenter d’environ1,6 % au 1er janvier 2011

Article DirectMatin.

BNP PARIBAS : 1200 contrats en 2011

Categories:  Emploi
Tags: , , ,

Partenaire de nombreuses universités et grandes écoles, BNP a recruté1200 alternants cette année et poursuit le même objectif pour 2011. Proposant des contrats d’un à deux ans, le groupe accueille principalement des étudiants en BTS ou en Bac+5.

Des rémunérations « shocking »

Categories:  Crise
Tags: , , ,

« Inacceptables. »
Voilà comment le ministre britannique des Entreprises, Vince Cable, qualifie les rémunérations de certains salariés des banques du pays. Il a averti les établissements financiers : le gouvernement de coa­lition, mi-conservateur, mi-libéral démocrate, est déterminé à mettre fin aux pratiques dans le secteur. Alors que le pays s’engage dans une période de rigueur exceptionnelle, de nombreuses banques ont relevé les salaires de base de leurs employés, en perspective d’une législation plus contraignante sur les primes. La décision passe très mal auprès des contribuables, qui ont été mis à contribution, il y a deux ans, pour sauver des banques de la faillite.G. W.

Article 20minutes

Quel chiffre d’affaires attend la FFF ?

Categories:  Le saviez vous ?
Tags: , ,

Avec les sponsors, les droits télé et Nike le nouvel équipementier, la FFF a encore de beaux jours devant-elle : en effet le sport fait toujours vendre.

Ainsi, après un chiffre d’affaires partenariats de 88,1 millions d’euros entre 2006 et 2010, la fédération prévoit une hausse de 37 % pour la période 2010-2014, soit un CA de 120,5 millions en moyenne.

Comment une telle augmentation est possible ? Deux raisons à cela : la FFF gère désormais seule son programme marketing, et ne passe plus par une agence, comme c’était le cas auparavant avec Sportfive, filiale du groupe Lagardère.
Deuxième raison : le contrat avec l’équipementier qui est passé de 10 millions d’euros avec Adidas à 41 millions avec Nike.

Football : Combien gagnent les joueurs de l’Equipe de France ?

Categories:  Le saviez vous ?
Tags: , , ,

Dans sa présentation de stratégie marketing 2010-2014, la Fédération Française de Football a tenu à être totalement transparent, notamment au sujet des primes accordées aux joueurs de l’Equipe de France.

Ainsi, pour un match joué, chaque joueur touche 10 000 euros. Ensuite, concernant les qualifications à l’Euro 2012, les joueurs gagneront 10 000 euros supplémentaires en cas de victoire, 5 000 euros en cas de match nul et rien du tout en cas de défaite. Et si la France se qualifie pour l’Euro, chaque joueur aura droit à 140 000 euros de primes.
De gros chiffres qui ne sont rien comparés à ce que les joueurs touchent en clubs ou avec leurs sponsors …

Article MSN.

Être dans le CAC 40 sans payer d’impôts

Categories:  impôt
Tags: ,

Total, Danone, Suez, … aucune de ces grandes entreprises n’a payé d’impôts en France en 2009.Et c’est le cas d’une entreprise sur quatre appartenant au cac 40, selon une enquête du Journal du Dimanche.

Pour échapper à l’impôts, les astuces sont nombreuses et tout à fait légales. Par exemple, les entreprises peuvent déduire pendant plusieurs années leurs pertes. Une mauvaise année est ainsi compensée par plusieurs années d’impôts au rabais.
Deuxième méthode : une entreprise qui a des filiales déficitaires peut reporter leurs pertes sur les filiales bénéficiaires.
Autre solution : l’entreprise s’endette sans en en avoir besoin et déduit les intérêts d’emprunts de ses impôts.

Et la liste continue… les montants épargnées s’élèvent ainsi à milliards en 2009, contre 18.5 milliards en 2005.
En 2010, la somme pourrait s’élever à 71.3 milliards. Une bien mauvaise nouvelle pour l’état dont l’impôt sur les sociétés est la troisième recette.

Article 20minutes.

Les 10 femmes les plus riches du monde

Categories:  Le saviez vous ?
Tags: , ,

==> N° 10 – Anne Cox Chambers : 10 milliards $
Anne Cox Chambers est une octogénaire américaine à la tête d’un gros pactole.
Sa fortune, elle la doit à Cox Enterprises, l’immense groupe de médias basé aux Etats-Unis et fondé en 1898 par son propre père

==> N° 8 ex-aequo – Jacqueline Mars : 11 milliards $
Derrière Jacqueline Mars et sa famille se cache l’entreprise Mars Incorporated, dont elle est l’héritière et membre du conseil d’administration.

==> N° 8 ex-aequo – Iris Fontbona : 11 milliards $
Iris Fontbona est la seconde femme et veuve d’Andrónico Luksic Abaroa, milliardaire ayant démarré dans les années 1950 et ayant fait de sa famille l’une des plus puissantes du Chili
La famille Luksic dirige entre autres la société Antofagasta PLC, l’un des principaux producteurs de cuivre au monde basé au Chili

==> N° 7 – Susanne Klatten : 11,1 milliards $
Susanne Klatten, c’est un peu la personne qui fait la pluie et le beau temps à la bourse de Francfort.
En effet, la première fortune d’Allemagne est entre autres l’une des héritières de l’empire BMW, le constructeur automobile, mais ce n’est pas tout : elle possède des actions dans de nombreuses autres grandes entreprises allemandes.

==> N° 6 – Abigail Johnson : 11,5 milliards $
Abigail Johnson et son père dirigent Fidelity Investments, le plus grand fond d’investissements des Etats-Unis fondé en 1946 qui gère aujourd’hui plus de 1 500 milliards de dollars !

==> N° 5 – Savitri Jindal : 12,2 milliards $
C’est en 1952 qu’Om Prakash Jindal fonde Jindal Steel and Power, seconde plus grand compagnie sidérurgique d’Inde.

==> N° 4 – Birgit Rausing : 13 milliards $
Birgit Rausing fait partie de ces parfaits inconnus pourtant richissimes. Veuve de Gad Rausing, ce dernier est le fils du fondateur de la société suédoise Tetra Pak créée en 1943.
Ce nom ne vous dit rien ? Pourtant, nous consommons tous ces produits presque tous les jours : Tetra commercialise dans le monde entier les emballages de boissons comme le lait ou le jus d’orange.

==> N° 3 – Liliane Bettencourt : 20 milliards $
Qui désormais ne connaît pas Liliane Bettencourt ? L’héritière L’Oréal et aussi 3ème fortune française est au cœur de deux affaires judiciaires : une affaire d’abus de faiblesse de la part de son ami François-Marie Banier, et une autre affaire politico-financière concernant ses rapports avec le ministre Eric Woerth et le président Nicolas Sarkozy.
Fille d’Eugène Schueller, fondateur du groupe L’Oréal, elle en hérite à son décès en 1957. 30 ans plus tard, avec son mari, elle créé la fondation Bettencourt Schueller consacrée à la recherche médicale, à l’humanitaire et à la culture.

==> N° 2 – Alice Walton : 20, 6 milliards $
Elle fait partie d’une des familles les plus riches du monde. Alice Walton est l’une des héritières de Sam Walton, fondateur de Wal-Mart Stores, considérée comme la plus grosse entreprise du monde.

==> N° 1 – Christy Walton : 22, 5 milliards $
Christy Walton est tout simplement … la belle-sœur d’Alice Walton, numéro 2 de notre classement !
Elle aussi héritière de Wal-Mart Stores depuis le décès de son mari en 2005, elle a aussi la chance que ce dernier ai eu le nez fin : en effet, il avait anticipé l’intérêt pour les énergies alternatives et avait investi dans First Solar, désormais l’un des leaders mondiaux dans la fabrication de panneaux solaires.
Aujourd’hui, la famille Walton pèse plus de 90 milliards de dollars.

Les 10 entreprises les plus riches de France en 2010

Categories:  Le saviez vous ?
Tags: , ,

Le cabinet Ricol Lasteyrie et le journal Les Echos viennent de révéler les bilans financiers du premier semestre 2010 des entreprises du CAC 40, et les chiffres sont flatteurs : avec un total de près de 150 milliards d’euros de trésorerie, les grands groupes français sont assis sur un joli pactole.

-> N° 10 – Alcatel-Lucent : 4,85 milliards d’euros
-> N° 9 – Vinci : 5,66 milliards d’euros
-> N° 8 – Veolia Environnement : 5,69 milliards d’euros
-> N° 7 – Renault : 8,21 milliards d’euros
-> N° 6 – France Télécom : 9,39 milliards d’euros
-> N° 5 – Peugeot : 10,36 milliards d’euros
-> N° 4 – GDF Suez : 12,29 milliards d’euros
-> N° 3 – EDF : 13,24 milliards d’euros
-> N° 2 – EADS : 13,51 milliards d’euros
-> N° 1 – Total : 14,83 milliards d’euros

Un quart des Français ont peur d’être mal-logés

Categories:  immobilier
Tags: ,

Pour un quart des Français, loyers et autres charges liés à leur logement représentent la moitié de leur budget. Nos compatriotes ont une vision très pessimiste de l’avenir, et les trois quarts d’entre eux pensent que la situation va se dégrader.

En France, le taux d’effort d’un ménage, rapport entre la dépense en logement et ses revenus, ne doit traditionnellement pas dépasser 33%. Selon le premier baromètreSeLoger/Ifop, un quart des Français y consacre pourtant jusqu’à la moitié de leurs revenus. L’enquête basée sur les réponses de 1001 personnes confirme que le coût du logement est une réelle problématique. La frange la plus jeune de la population de locataires (18-35 ans) ainsi que les femmes seules rencontrent ainsi de réelles difficultés. Des problèmes financiers qui vont – logiquement de pair avec un niveau de satisfaction médiocre. Un français sur cinq affirme que le confort de son logement ne correspond pas à l’investissement qu’il doit réaliser pour l’habiter. «De fait un tiers des Français déclare avoir choisi leur logement en fonction de contraintes fortes et l’on peut même parler d’un choix par défaut pour 14% d’entre eux», affirme le baromètre.

22% risquent le mal-logement

Pire, l’enquête révèle que 7% des Français se considèrent mal logés, c’est-à-dire que leur appartement est insalubre, précaire sur le plan énergétique, qu’ils sont victimes de la pénurie de logement ou encore qu’ils éprouvent des difficultés pour se maintenir dans les lieux.

Lire la suite de l’article sur Le Figaro