Une étude de l’insee sur les revenus des français

Categories:  Conjoncture, Salaires
Tags: , ,

La moitié des ménages français doit aujourd’hui composer avec un budget de moins de 2 380 euros par mois. C’est 100 euros de plus qu’il y a dix ans.

 

Les 10 % des foyers les plus pauvres s’en sortent avec moins de 1 100 euros par mois, quand les 10 % les plus riches ont plus de 4 950 euros à dépenser

 

Au niveau régional, les plus fortes disparités s’observent en Ile-de-France :
les 20 % de foyers les plus aisés gagnent en moyenne huit fois plus que les 20 % les plus modestes.

 

En 2008, on dénombre près de 8 millions de personnes dans le besoin (13 % de la population).
Un foyer est considéré comme pauvre s’il dispose de moins de 949 euros par mois.
La Corse (20 %), le Languedoc-Roussillon (18,1 %) et le Nord-Pasde-Calais (17,7 %) sont les régions les plus touchées.
Alsace, Bretagne et Pays de la Loire s’en sortent le mieux.

 

Malgré ces inégalités qui persistent, la France se situe au 3e rang des pays en terme de revenu annuel par habitant.

Le ménage français, avec 28 650 euros en poche en moyenne, se place :
-> juste derrière le foyer allemand (29 180 euros),
-> et devant le ménage britannique (28 550 euros).
La couverture sociale française avantageuse y contribue.

 

Evolution du revenu des ménages Français, par région, de 2001 à 2008.

 

Un quart des Français ont peur d’être mal-logés

Categories:  immobilier
Tags: ,

Pour un quart des Français, loyers et autres charges liés à leur logement représentent la moitié de leur budget. Nos compatriotes ont une vision très pessimiste de l’avenir, et les trois quarts d’entre eux pensent que la situation va se dégrader.

En France, le taux d’effort d’un ménage, rapport entre la dépense en logement et ses revenus, ne doit traditionnellement pas dépasser 33%. Selon le premier baromètreSeLoger/Ifop, un quart des Français y consacre pourtant jusqu’à la moitié de leurs revenus. L’enquête basée sur les réponses de 1001 personnes confirme que le coût du logement est une réelle problématique. La frange la plus jeune de la population de locataires (18-35 ans) ainsi que les femmes seules rencontrent ainsi de réelles difficultés. Des problèmes financiers qui vont – logiquement de pair avec un niveau de satisfaction médiocre. Un français sur cinq affirme que le confort de son logement ne correspond pas à l’investissement qu’il doit réaliser pour l’habiter. «De fait un tiers des Français déclare avoir choisi leur logement en fonction de contraintes fortes et l’on peut même parler d’un choix par défaut pour 14% d’entre eux», affirme le baromètre.

22% risquent le mal-logement

Pire, l’enquête révèle que 7% des Français se considèrent mal logés, c’est-à-dire que leur appartement est insalubre, précaire sur le plan énergétique, qu’ils sont victimes de la pénurie de logement ou encore qu’ils éprouvent des difficultés pour se maintenir dans les lieux.

Lire la suite de l’article sur Le Figaro